Natalie Fontalvo

Natalie Fontalvo_ photographe Atwood

Grandeur 5'5'' (1m65)
Poids 143 lbs (65 kg)
Yeux Noirs
Cheveux Noirs - Châtains
Âge apparent 25-30 ans
Langues parlées Français, anglais, portugais, espagnol
Permis de conduire N/D
Membre UDA 148 125
Particularités
Polyglotte, création littéraire, échasses, clown, diction, improvisation muette et parlée, voix.

Réseaux sociaux

Natalie Fontalvo aurait voulu être pirate. Née au mauvais siècle pour la piraterie, elle est plutôt devenue artiste pluridisciplinaire. Autrice, performeuse littéraire, comédienne et metteuse en scène, Natalie est diplômée notamment en art dramatique (CADQ), en création littéraire (Université Laval) et en relations internationales (Universidad del Norte, Colombie). En plus de diriger sa compagnie de création pluridisciplinaire, La chevalièr.e errante, qui a tenu sa première résidence de création Antoine et Cléopâtre, en mars 2020, à la Maison pour la danse (en collaboration avec Karine Ledoyen), elle est également cofondatrice et codirectrice artistique du collectif de théâtre féministe Les Reines, dont la première création, ES – chapitre 1 – soi, a été présentée à Premier Acte, en janvier 2020, ainsi que du Collectif Verdun, qui a présenté son premier laboratoire public, On sentait déjà la dynamite, dans le cadre du Simili festival 2019. On a aussi pu la voir en tant que comédienne dans les pièces Rock et Banane (présentée par Théâtre en quartiers, dans les parcs de Québec à l’été 2019) et Ici (sur les planches du Théâtre La bordée, en décembre 2019).

Présentement, Natalie est également codirectrice artistique et réalisatrice des vidéos poèmes du projet littéraire Cosmogonie des corps du collectif Les bourrasques, en résidence chez Nouaisons, en juillet 2020. Elle a par ailleurs été autrice, performeuse et codirectrice artistique pour la résidence croisée de création poétique Québec Namur (Maison de la poésie de Namur et Maison de la littérature, 2019-2020); performeuse et directrice artistique du spectacle littéraire Migration (Maison de la littérature, 2017); ainsi que performeuse et codirectrice artistique de Mine Bleue (Mois de la poésie, 2016). On peut lire ses textes, dont certains primés, dans les revues Le Crachoir de Flaubert, …Lapsus, La Bonante et L’écrit primal.